Photo du mois
Mars 2020
_

Quentin Hulo

Hulo Quentin (2).jpg

"150 000, tel est le chiffre donné par l’UICN pour alerter le monde sur la disparition des chimpanzés, passés de 3 millions à moins de 150 000 individus en trois siècles. Aujourd’hui, ce primate, notre cousin le plus proche, est classé comme l’une des nombreuses « espèces en danger ». 



Trois raisons sont à l’origine de cette drastique diminution : Le braconnage, pour la vente de viande de brousse ou d’animaux de compagnie.
· La déforestation, pour la production de bois transformés ou l’aménagement de parcelles cultivables.
· Les maladies que l’homme transmet aux chimpanzés.

La biodiversité et l’écosystème des forêts en sont chamboulées. Les chimpanzés, connus pour être les « jardiniers de la forêt », entretiennent et régulent l’environnement dans lequel ils vivent.... Par leurs déjections, ils permettent à la végétation de se développer (les graines ingurgitées dans leur organisme sont déposées plus loin).


Fort heureusement, et malgré le déclin trop rapide de ces Hominidés, de nombreuses associations luttent depuis longtemps pour endiguer le déclin d’espèces comme le chimpanzé. C’est le cas de H.E.L.P (Habitat Ecologique et Liberté des Primates), qui depuis 30 ans, au sein du parc de Conkouati au Congo, protège, conserve et relâche dans leur habitat naturel, des chimpanzés destinés initialement au marché noir.


Lorsque j’ai pris cette photo, les épaules immergées dans le fleuve Kouilou, se tenaient derrière moi d’autres chimpanzés sur lesquels je devais toujours garder un œil. Aux abords de leur territoire, les nourrisseurs et moi-même pouvions nous approcher mais devions toujours faire attention à ne pas les contrarier. Un geste déplacé ou un pas de trop sur leur territoire pouvait rapidement mal tourner. Les chimpanzés ne sont pas des peluches, mais bien des animaux, comme nous, qui peuvent parfois mal interpréter certaines de nos actions.


En revoyant cette photo, je ne peux que repenser à la force, à la beauté et la fragilité de cette espèce."

Quentin Hulo,
France
@quentinhulo